Petites histoires à la Cour de Defmul 1er

Posted on 23 octobre 2011 par

2


Un maure rescapé de la Reconquista étalait son prosélytisme dans la nobserverie. Il avait de nombreux admirateurs regroupés dans la secte à Kamile.

Pour être couronné Defmul 1er, le comte de Caquebook — le réseau social dédié aux bisounours, hébergé par le service de réseautage blogs.nouvelobs.com — avait la nécessité d’obtenir l’aval de quelques adeptes de la secte à Kamile. Il laissait donc ce prosélyte épandre ses logorrhées fertilisantes dans sa Cour. Le Kamile n’était pas en odeur de sainteté auprès du bouffon de Sa Seigneurie, mais à part lui, tous les courtisans du comte n’avaient que des éloges pour les avis de ce grand berbère.

Mais un athée veillait, un pur produit d’une éducation antireligieuse, un certain j.michel, qui aimait bien disséquer les délires du fada-fana, ici par exemple :
"Laïcité sans intégrisme mais sans concession"

C’est alors que sortant des latrines la maîtresse envoya une flèche acérée dans le dos de j.michel, puis s’enfuit immédiatement lorsque ce dernier se retourna pour lui demander : « pourquoi ? ».
C’est ici
Ce fut le premier contact entre la maîtresse, sœur plumée, et le vilain anti-religieux.

Puis la maîtresse continua à harceler de temps à autres le vilain, mettant en évidence son manque de qualité dans l’écriture. Faut vous dire Monsieur, qu’au Moyen-âge seul les Seigneurs et les religieux et religieuses avaient le droit de s’exprimer. Le vilain illettré n’avait qu’à subir le bon vouloir des Seigneurs.

C’est qui la maîtresse ? c’est une admiratrice de Kamile, spécialiste des juxtapositions dont une sur Dachau-Johannesburg-Tel Aviv est restée dans les annales comme une brillante démonstration de pédagogie, une érudite qui n’octroie le droit d’expression qu’aux sachants bien écrire.

Sa seigneurie, las de ces bisbilles, demanda alors à Kamile et j.michel d’aller jouer ailleurs. La fin de cet épisode est ici :
"Suite des commentaires de chez Caque"

Mais l’épisode et d’autres histoires concernant un autre adepte de Kamile laissa de la poudre dans les coins du donjon de Caquebook à laquelle la maîtresse mis le feu dès qu’elle crut le moment opportun.

Sœur maîtresse s’adresse à Sa Seigneurie : « J’ai essayé de t’expliquer clairement le propos de cet internaute que tu jugeais sibyllin »,
parce que comme c’était pas clair, la maîtresse éclaire de sa lumière et reconstitue la scène à sa manière. Et comme c’est la maîtresse qui éclaire, Sa Seigneurie, peut-être avec l’espoir d’une petite gratification, croit cette parole pourtant bien tordue et en tout cas partisane et protectrice de son à bout d’amour, puis donne son jugement :
« abjection côté j.michel, ici comme ailleurs », « le propos dégueu de j.michel »

Simple détail, quand on demande à Sa Seigneurie de préciser les textes ainsi pointés ici et ailleurs, où et quand, le comte est bien incapable d’apporter le moindre élément justifiant ce jugement.

Mais faute de preuve, et comme le vilain se rebellait contre sa condamnation, le comte envoya sa meute bruyante et puissante pour le faire taire. Les chevaliers de la franc-nobsonnerie ont ainsi rétabli l’ordre dans la Nobserverie.

Le Vénéré avait tenté sur un de ses nombreux blogs une explication en révisionnant l’histoire. Deux articles disparus depuis mais que vous pouvez lire en copie avec les commentaires de j.michel :
"Lui, encore lui, le censuré qui poursuit le vénéré"
"Mais qui est le dindon ?"
Les commentaires de j.michel qui démontent les affirmations mensongères du Vénéré sont sans aucun doute la raison de l’effacement de ces articles.

 
Et pour terminer ce bref résumé, petite échappée sur celui que Sa Seigneurie dit être la "tête de Turc" de j.michel en oubliant de mentionner que c’est ladite "tête de Turc" qui commença à harceler ledit j.michel de qualificatifs sympas comme "mouche à merde" et "face de rat crevé". Car lui, Monsieur, il avait le droit d’insulter son prochain parce que sa mère avait disparu à Auschwitz. Lui qui a fait disparaître les blogs de j.michel à cause des crottins qu’il y avait lui-même déposés (ça c’est très fort et demande un peu d’astuce et aussi la fabrication de faux), voici justement son dernier crottin à propos d’un autre blogueur intervenant chez j.michel :

« Y’a bon branlé ?
Allez, va te nettoyer…
Non, tu t’essuies pas sur les rideaux!! avec du savon dans la salle de bains !
Remarque je m’en fous, c’est pas moi qui vais te sucer ! Va savoir, peut-être même ça l’excite le j.m, ta saleté ! »

L’insulte est pour lui un moyen de survivre. Mais reconnaissons lui de l’imagination dans l’insulte, à moins que ce ne soit inspiré par son propre vécu.

 
 
 

Publicités