Civilisation de la gauche-piscine

Posted on 15 février 2012 par

1


Le représentant de la gauche-piscine (à ne pas confondre avec la gauche-truffe à laquelle elle est fermement opposée) dans la nobserverie l’a confessé : il préfère discourir avec les gens de la droite bien à droite plutôt qu’avec ceux de la gauche bien à gauche, c’est plus civilisé, et de plus ils partagent les mêmes valeurs. Adhérer au mini-cercle Le Siècle de la nobserverie crée des liens et des connivences qui font que les idées des membres droitistes diffusent et s’installent dans les réflexions des membres de la gauche-piscine.

Ils partagent donc des valeurs qu’ils prétendent universelles et voudraient en conséquence les faire partager dans le monde. En Libye c’est mal parti, mais on va se rattraper en Syrie.

La gauche-piscine avait ainsi prévu de démanteler une de ses bases arrières, mais sous la pression des autres francs-nobsons l’avait finalement maintenue. Et c’est de là qu’ils partirent vers les terres lointaines du Kalighizstan. Ce fut expliqué dans une brève précédente reprise ci-dessous.

Les moyens : deux avions avec à leur commande un vétéran vénéré et une instructrice plumée.
Le message, court et simple : « Monsieur le Maître du Kalighizstan, nous apprécions beaucoup ce que vous faites même si nous ne sommes jamais venus encore vous le dire. Nous vous avions d’ailleurs autrefois aidé à chasser les russes. Mais aujourd’hui de nouveaux malveillants s’installent sur vos terres et nous sommes à nouveau à vos côtés pour les en chasser. »

C’est clair, leur intention n’est pas d’intervenir dans les affaires intérieures du Kalighizstan mais seulement de pourchasser partout dans la nobserverie ceux qui sont considérés par les francs-nobsons comme des malveillants.

Donc l’escadrille largua deux charges explosives qui sifflèrent comme des gémissements de persécutés, de victimes du terrorisme, et s’en retournèrent immédiatement pour éviter l’enlisement. Et c’est alors qu’un avion isolé de la gauche bien à gauche pris l’avion du vénéré en écharpe à la descente vers sa base.

Le pilote de cet avion avait en effet profité de quelques enseignements du maître du Kalighizstan pour traverser la DCA de l’ONITEN. Un chasseur de malveillants, avec aux commandes le moraliste à sens unique, arrivé à la rescousse du vétéran vénéré fut rapidement écarté.

Un tapis d’arguments s’abat alors sur la base franc-nobsonne. et pour éviter la submersion le trieur de faciès en appelle au nouveau maître de la nobserverie en agitant, à la manière de DSK devant Claire Chazal, la charte de la civilisation des bisounours que personne en fait n’a jamais lue.

Alors pour finir sur une citation, celle de père Noalt qui met toujours son grain de sel dans la conversation entre le vénéré et ses visiteurs mal aimés, comme si Sa Seigneurie n’était pas suffisamment grand garçon pour se défendre seul, me semble très bien décrire les méthodes qui furent celles d’un insecticide avant que l’ONITEN impose ses standards.

« certains virus ont été amenés à être moins virulents dans leurs invectives, pour passer le filtre. Celui qui s’en plaint et prétend dicter SA ligne éditoriale, en qualifiant d’insipide le contenu d’un blogs sur lequel il s’incruste… »

Vous ne connaissez pas l’insecticide ? Histoire très résumée ici.

 

L’escadrille

Publié le 13 février 2012

 
 

Déjà deux membres de l’escadrille franc-nobsonne qui s’entraînent sur un blog pris comme nouveau terrain d’affrontement. Extraits des charges explosives :

« Merci ensuite à Opéricien qui veille ici des fois, semble-t-il, en l’absence du proprio. Car en effet, Kali semble ignorer quelques "détails" sur l’un ou l’autre de ses visiteurs ! »

« Je viens de temps à autre lire… mais n’interviens pas n’ayant pas envie de vous attirer de nouvelles diatribes ou loghorrées adressées plus aux personnes qu’aux idées elles-mêmes (j’ai assez de commentaires déplacés chez moi, pour la plupart rejetés automatiquement d’ailleurs, pour savoir que là où je commenterai il y aura malveillance) »

Et à part ça ? rien, ils ne sont là que pour un peu de formation à l’utilisation des munitions livrées, comme en Afghanistan, en espérant que les élèves ne retournent pas lesdites munitions contre leurs maîtres.

 
 
 

Publicités