Abou d’agressivité

Posted on 28 septembre 2012 par

1


"Propos agressif" me dit-on pour ne pas publier ma réponse.

C’est toujours dans les salons d’Ouximer que ça se passe, suite à une conversation sur les harcèlements d’Abou.

Voilà le commentaire d’Elie Mel :

« Monsieur j.m,

J’entends bien vos arguments et admets que je n’ai pas toutes les informations.
Mais relisez bien aussi les miens à propos du fait que vous prenez tout cela trop au sérieux.
Si Abou nous ennuyait tellement, il suffisait d’effacer ses commentaires chez vous et de ne pas passer des nuits entières à guetter ce qu’il pouvait dire de vous ailleurs. C’est aussi simple que ça. »

et ma réponse qui fut censurée par le lutin malicieux(*) :

« 
« vous prenez tout cela trop au sérieux » : non pas du tout, la seule chose que j’ai pris au sérieux fut la censure de mes DEUX blogs alors que j’avais pris la précaution de bien séparer les articles sérieux et les articles d’humour polémique. Or l’intervention d’Abou fit que le blog sérieux fut également emporté par la censure (avec soupçon d’usurpation d’identité par un troll qui pourrait bien être Abou), et deux années d’écriture qui disparaissent sans laisser de trace (sans méfiance, je n’avais alors pas de double), effectivement ça met en colère.

« il suffisait d’effacer ses commentaires chez vous » Là je suis d’accord, ce fut mon erreur, dégager tous les crottins qui avaient envahis mes blogs était une opération d’assainissement public. Mais c’est plus facile à penser après la bataille que pendant, et à ma décharge je suis par principe pour une liberté d’expression absolue. Pareil pour Kamile, j’aurais jamais dû essayer de contrer un tel fanatique qui bénéficiait d’appuis si haut placés. J’ai pris des risques face à l’extrémisme et j’ai perdu.

M’enfin! cela m’a appris le fonctionnement de la fabrication et du colportage des rumeurs. Rien de mieux pour apprendre qu’en être soi-même victime. Comme la rumeur d’Orléans, mais en laboratoire, celui de la nobserverie. Fiction et réalité, c’est pour ça que je suis d’accord avec l’idée de Mirage comme quoi sur les blogs nous sommes Personne. (si vous voulez analyser objectivement le fonctionnement, je vous donne l’adresse, c’était chez Kali si le pseudo de ce blogueur vous dit quelque chose).

Connaissez-vous la dernière aboutraction ? le « grand résistant devant le pantalon » ? C’était chez Clairvaux, et là nous plus on l’avait pas sonné.

 
Quant au Canard, sans doute Michel-Ange était-il pd, mais il avait du génie, alors il sera pardonné… comme Céline 🙂 qui je le rappelle était la raison de ma revenue ici, mais qui malheureusement a disparu (je ne partage pas votre avis, je pense qu’au contraire il ne faut pas censurer l’infâme, mais ce n’est qu’une opinion d’un paraît-il antisémite sans le savoir).
 »

 
La réflexion "Quant au canard" concernait le Canard enchainé, un article titré "Anus Dei".

 
Bizarrerie de la roue relancée : le commentaire ci-dessous qui fut censuré au motif « Propos potentiellement diffamatoires » a finalement passé le checkpoint de l’Oniten(*) sans avoir été republié.

« « Je ne comprenais donc pas ce qui vous liait à eux. » : faut lire des articles sur la franc-nobsonnerie, et vous comprendrez. »

C’était au sujet d’une nouvelle mal-entendance du vénéré Caquedrole qui intervenait sous l’article d’un blog sans avoir rien compris audit article. Comique.

 
Quelques explications sur les personnages :
Kamile : voir La secte à Kamile
Abou : un résumé ici, et l’histoire complète en cours d’écriture.
Mirage et Personne : conception du blogueur reprise comme explication de la création du blog polémiste (et censuré) penseeunique.blogs.nouvelobs.com.

Quant au vénéré malentendant, voir ce qu’il racontait sur son blog, effacé depuis mais dont la copie est disponible à cette adresse : Censure et harcèlement, lu sur le blog levenere.blogspot.fr.
En tant que nombril de la nobserverie, nombreux sont les articles sur lui que vous pouvez retrouvez grâce au tag le vénéré.

 
(*) Netino, le sous-traitant délocalisé au Mali et à Madagascar de la "modération" du Nouvel Observateur

 
 
 

Publicités