Les ragots qui me collent à la peau

Posted on 1 juillet 2013 par

1


Les rumeurs d’Orléans, à moins qu’elles ne viennent de Nantes, de la nobserverie qui me concernent, colportées par S.S.S – le vénéré Comte de Caquebook et rédac-chef de Radio Caqui – et sa Cour 

J’aurais notamment
– insulté la mère d’un blogueur (colporteurs le vénéré et père Noalt),
– insulté les filles d’un blogueur (colporteurs père Noalt et frère Opaixourien),
– révélé qu’un blogueur battait sa femme (colporteur l’écuyer Abou de Latrain).

Jamais ces ragots n’ont été étayés par les propos exacts que j’aurais tenu, mais peu importe, une rumeur lancée ne s’arrête pas par manque de preuve.

La réalité est que mes deux premiers blogs(*) ont été censurés et supprimés sous la pression du harcèlement d’un blogueur pseudonommé Abou et les suivants(**) sous la pression du harcèlement du vénéré et de sa meute.

La réalité c’est qu’aujourd’hui encore le vénéré révisionne l’histoire à sa gloire, encore et toujours comme le montre le billet précédent :
"Révision de l’histoire, encore et toujours"

(*) revuedepresse.blogs.nouvelobs.com et penseeunique.blogs.nouvelobs.com
(**) laderniereexpression.blogs.nouvelobs.com, onvousditpastout.blogs.nouvelobs.com, lenobservateur.blogs.nouvelobs.com, droitdereponse.blogs.nouvelobs.com, voiretsavoir.blogs.nouvelobs.com

 
 

Révision de l’histoire, encore et toujours

Publié le 30 juin 2013

 
 

Voici ce que dit encore aujourd’hui le blogueur Caquedrole :

« En revanche, à ma "table de bistrot", journal et verre posés devant moi, j’ai du mal à "faire taire" quelqu’un et à casser une conversation, fut-elle un aparté parasite de la conversation principale. Mes seules interventions "dures" furent d’une part deux "bannissements" d’IP vis à vis de personnes cherchant systématiquement querelle et s’attaquant à la personne que je suis, et de l’autre un coup d’arrêt brutal à un "dialogue" fleuri entre deux blogueurs, ce qui me valut par la suite d’être poursuivi par l’un d’entre eux, jusqu’à une semi censure de mon blog privé de passage sur le trac une dizaine de jours fin 2010, jusqu’à ce que je délète mon blog avant de "sortir de quiescence" car… addiction il y a, ne serait-ce que pour "démariuser" la tonalité du blog des internautes… »

Celui qui l’a « poursuivi », c’est semble-t-il votre serviteur. Mais pourquoi donc l’ai-je poursuivi ? simplement parce que ce blogueur, Caquedrole, avait déposé sur son blog un commentaire où l’on pouvait lire : « avec l’abjection côté j.michel, ici comme ailleurs (…) le propos dégueu de j.michel » et que malgré ma demande réitérée de multiple fois (ce qu’il appelle le poursuivre) sur où, quand, comment, avec quels termes et dans quelles circonstances j’aurais tenu de tels propos, jamais il ne l’a précisé. Mais il continue les ragots sur mon compte, encore aujourd’hui.

 
 
 

Publicités