Autojustification ou autosatisfaction d’un drôle qui se la caque

Posted on 9 juillet 2013 par

0


« Si un propos (et non quelqu’un) fut ainsi qualifié il y a fort longtemps, il y eut une raison. »

Autrement formulé : Puisque je l’ai dit, c’est que c’est vrai puisque je suis le vénéré. Justification "normale" d’une accusation par un homme au-dessus de tout soupçon. Le problème est que personne ne connaît le texte du propos ainsi qualifié.

Et naturellement tout ce qui ne correspond pas à l’histoire révisionnée par Caquedrole est effacé.

 
pour info, dernier commentaire effacé sur son blog :

« 
« vous faisiez une lettre ouverte demandant la censure de mon blog. »

—->faux : c’était une demande de droit de réponse, copie à cette adresse :
https://lenobservateur.wordpress.com/2010/11/10/le-courriel-qui-embrasa-la-franc-nobsonnerie/

« Là-dessus, entre ce blogueur et vous il y a eu une histoire de pantalon et même d’appendice urinaire (oui, mais assez incompréhensible ; bref ce n’était pas mon problème). »

—->faux : c’est VOLONTAIREMENT ET INTENTIONNELLEMENT que vous avez importé ce « problème » sur votre blog, que « [notre] querelle s’est transportée chez [vous] ».
C’est à cette adresse :
http://sortiedequiescence.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/07/26/que-de-perte-de-temps.html

« mais ça me dépasse et je n’ai pas lu »

—-> bizarre, vous recopiez et publiez des commentaires rejetés par la modération sans les lire ?????? quelle imprudence. Mais selon la formule de Ségolène Royal : qui ne dit mot consent, or dans ce cas nous seulement vous n’avez dit mot, mais en plus vous avez recopié et repris à votre compte ce que vous appelez si délicieusement une pantalonnade.

« vous dites que vous tenez des fiches… »

—-> Oui et alors ?
Pour la petite histoire, celle du second degré que Caquedrole ne peut entendre. A l’origine, ce fut un blogueur (je ne me souviens même pas lequel tellement c’est insignifiant) qui m’accusa de tenir des fiches. Ne voyant pas où était le problème de tenir des fiches puisque tout journaliste tient des fiches, j’ai répondu un jour, pour m’amuser, à un blogueur qui était en l’occurrence Leperse mais peu importe, qu’il devait se méfier et ne pas réécrire ce qu’il avait écrit car je tenais des fiches. Et depuis ces fiches sont devenues la manifestation de la mise en pratique de mes études à la STASI. Mais ces « fiches » ne sont constituées que des écrits publics des uns et des autres répertoriés par Google. Mais Google, Caquedrole ne sait même pas comment ça fonctionne comme il l’a déjà montré notamment à propos d’une « fiche » TS.

Alors les fiches ça sert à montrer qu’Abou a inventé une histoire fallacieuse en déformant mes propos et en en imaginant des fictifs. Les propos que j’ai tenus n’ont pour moi rien d’abject et/ou de dégueu, mais ils ont été totalement détournés par un mec qui déposait des crottins sur mes blogs depuis au moins 2 ans avant que le clash n’arrive chez vous. D’ailleurs, mais votre mémoire risque aussi de flancher là-dessus, une fois j’ai mentionné un de vos copains ou ami qui battait sa femme. Eh bien immédiatement Abou a fait courir la rumeur que je disais qu’il battait sa femme. Et oui… et comme je disais qu’il n’était pas visé, il exigeait de moi… la fiche démontrant que ce n’était pas lui !!!!

Donc c’est avec persévérance que je poursuis ma recherche des propos originels qui vous aurait choqués.

Donc Abou invente et il y a des kouillons qui le croient.
 »

N.B. : ce commentaire avait été déposé avant qu’Abou n’intervienne pour confirmer que je n’ai jamais déposé de commentaire sur ou sous un article ou un souvenir d’obsèques. En définitive, celui qui est de plus mauvaise foi n’est pas celui que je pensais.

 
Note précédente :

Message à Caquedrole

Merci merci de mettre sur votre blog des vrais textes et non plus accuser sur des propos que vous avez inventés ou imaginés. On commence à progresser. Maintenant si vous pouviez dire dans tous les textes que vous avez ressortis (parce que moi je n’efface rien et j’assume sans révisionner l’histoire) précisément ceux qui montrent mon abjection.

 
 
 

Publicités