Le barge

Posted on 10 juillet 2013 par

2


Fichier BlogSpirit,

fiche nobserverie n° c717728

Caquedrole-comment-barge1

« Cela dit, si tu examines le trac ce matin, tu vois que, de nouveau, ton ami des grandes écoles me cible, malgré un échange de méls hier où je pensais que l’on revenait dans le raisonnable (suite à ton post dont il a cru que j’étais l’inspirateur et l’indicateur !!!…)

REP : Il est barge, c’est patent, ce mec, Caque. Ne lui réponds même pas, c’est perdre du temps »
Écrit par : caquedrole | 20.01.2012

fiche nobserverie n° c718198

Caquedrole-comment-barge2

« J’ai fait allusion à un échange de méls avec le fameux JM dit l’effacé. Je me faisais des illusions… Ta conclusion semble la bonne !!!… »
Écrit par : caquedrole | 20.01.2012

 
 

Voici donc la correspondance par méls citée par Caquedrole entre lui-même et le barge, qui lui permit d’établir son diagnostic.

Caquedrole le 19/02/2011

« Bonjour,

Je ne comprenais pas pourquoi, de temps à autre, vous faisiez allusion cette histoire de Vichy à inventer en renvoyant à mon blog. Que ce soit Vichy qui s’il n’avait pas existé, ou la Shoah qui…, je vivais mal cette association, ce qui me semblait presque être un quasi amalgame.

Je dois vous faire l’aveu que je viens seulement de comprendre, il y a moins d’une demi-heure, en vous suivant sur Olympe rouge puis en cliquant le lien avec mon blog (via Google). Je voulais vraiment voir où j’aurais pu laisser croire, en écrivant mal (très mal même), que je pouvais souhaiter un tel truc. J’ai vu que j’en étais à la fois à la transhumance touristique traversant mon bled et au fessier d’une musicienne de country… mais que c’est dans les commentaires que résidait la clé de cette allusion à Vichy. J’ai retrouvé Bibi Fricotin et Les pieds Nickelés (que je préfère donc à « Niquolas » ; pardonnez-moi l’emprunt) et retrouvé cette proposition (à, balancer un peu d’absurde par moments…) de renvoyer ledit Nicolas en Hongrie…

OK, du Momo. Ce qui m’impressionne, c’est la quantité de citations de cette phrase sur Google…

Donc, ce n’est pas systématiquement « caquedrole.blogs. nonobs » qui est visé, mais cette intervention de Momo.

Au fait, dans les commentaires, j’ai mentionné votre bon sens, à quoi vous avez répondu « une amabilité ? ». Tout n’était donc pas « front contre front »…

Bon dimanche.

L’administrateur de Caquebook. »

Caquedrole le 19/01/2012

« Ma réponse, au cas où la modération de Nonobs la stopperait :

Quoi ?
Je connaîtrais votre identité ? Si tel était le cas, il y a longtemps -mec !- que vous auriez eu de mes nouvelles (par la poste, veuillé-je dire) et que je l’aurais révélée au site Nonobs, ne serait-ce que ces derniers jours…

Perspicacité prise en défaut, mec. »

j.michel le 19/01/2012

« Et ma réponse à vote réponse a passé le filtre de Netino, sur votre blog. »

Caquedrole le 19/01/2012

« Commentaire en réponse, interrompu pour écrire cela par mél…

Monsieur. Pardon : mec !
Contrairement à ce que vous sous-entendez, je n’ai pas vos coordonnées. Interrompu à partir de là. Et n’ai pas l’intention de les demander à Marius s’il les a.
Je sais quelques bribes pour vous avoir lu jadis (vos échanges sur un lycée et les classes préparatoires, votre éventuelle subordination à un moment ou un autre à un ancien personnage politique devenu -par la grâce sarkozyenne- grand patron de groupe bancaire, vos commentaires ici même sur ma tardive entrée en « grand corps de l’État ») et, évidemment que vous habitez à Bourg-la-reine ou très près et que vous êtes plus ou moins originaire ou attaché au Puy-de-Dôme. Pour le reste, vos démêlés jadis avec Abou m’ont laissé à penser que vous pouviez vous aussi avoir une histoire compliquée, du moins marqué par le malheur (la Shoah probablement). Je sais qu’un blogueur vous connait physiquement… mais cette personne a été parfaitement discrète et taiseuse… »

Caquedrole le 19/01/2012

« Votre com a été classé « agression ». J’ai mis une réponse… à la limite l’édulcorant :

[ et tous les moralistes de la Belgique à l’Iran en passant par le Vatican, motus et bouche cousue, ce n’est qu’un mécréant, alors…

? ? ? Comprenne qui pourra… (réaction de Caquedrole) ] »

j.michel le 19/01/2012

«  Voici ce que Marius a écrit en début de billet :

« La curiosité, surtout malsaine, n’est pas mon fort. Et de fait, quand une de mes relations assez bien… « renseignée », et même très, avec qui je dînais l’autre jour me proposa comme relevant d’une banalité professionnelle la recherche de l’identité exacte d’un de ces… « trolls » (?), parmi les tordus anonymes qui terrorisent l’un d’entre nous en polluant ses commentaires, étant déjà acquis que le « troll » en question, appelons-le —BIP— (il faut qu’il soit sérieusement atteint, le gugusse, pour se livrer à de tels espiègleries!), j’ai remercié par politesse mais sans conviction : Je n’en avais rien à foutre de ce perturbé du clavier. »

que vous ne soyez pas derrière comme vous l’affirmez, je suis septique.

sur ma subordination à un moment ou un autre à un grand patron de groupe bancaire, je comprends pas, mais cela n’a aucune importance.

Quant à Abou, qui est effectivement l’origine première de nos querelles, vous savez très bien ce que je vous reproche : les mots abject et dégueu que j’aurais volontiers effacés de ma mémoire si vous ne les aviez pas confirmés et reconfirmés sans apporter le moindre justificatif d’une telle infamie mais en révisionnant au contraire toute l’histoire. »

Caquedrole le 19/01/2012

«  Vous avez voulu dire sceptique… (ne le prenez pas mal… mais franchement, vaut mieux… non ?) Mais… vous avez raison, ubiquiste en diable, j’ai dîné ou déjeuné récemment avec Marius ; et, copain de… (j’ai oublié les noms, mais Marius les cite souvent sur son blog) par exemple Squarcini, donc bien « renseigné », je lui ai donné les informations en question, me gardant bien de les exploiter moi-même…

Le groupe bancaire : vous avez un jour écrit que vous risquiez par une opinion émise de parler contre (ou de lui faire du tort, je ne sais plus) votre patron (ou l’un de vos patrons) François Pérol (c’était dans un commentaire, chez vous, ou sur je ne sais quel blog, je ne pense pas sur le mien)

Je ne veux pas savoir ce qui fait cette animosité vis à vis de Abou ; en revanche j’ai mis des qualificatifs « forts » sur des mots concernant le souvenir des obsèques de sa mère qu’Abou avait raconté (partagé avec son frère), la querelle s’étant déportée sur mon blog ensuite et poursuivie là. Et accepter vos remontrances à Abou avait, vous devez vous en souvenir, même choqué Plumeplume qui m’en avait fait le reproche écrit et argumenté. J’avais en fait temporisé, détestant « les histoires » et même Abou me l’avait reproché. Vous vous êtes écharpé chez moi et m’en avez tous les deux voulu [ Désolé que vous en soyez resté là ] ; sauf que vous en avez fait depuis un argument obsessionnel de charge et de composition (remarquez que vous avez bâti un panthéon, si j’ose, assez étendu et divers, un très grand nombre de blogueuses-eurs et de commentatrices-teurs en prennent pour leur grade ou y sont moqués…). »

j.michel le 19/01/2012

« Un pédagogue doit répéter et répéter toujours la même chose.

D’abord le tout à fait accessoire, Pérol n’a jamais été mon patron, simplement comme professionnellement —BIP— je n’ai en effet pas envie que mon nom apparaisse notamment pour cela.

Sur Abou, « même choqué Plumeplume », mais c’est justement elle qui a mis le feu aux poudres alors que tout était sous-entendu, et compréhensible que par ceux qui connaissaient toute l’histoire, avant qu’elle ne mette ses pieds dans le plat, et vous l’avez gobée alors qu’elle ne racontait que des ragots. Sûr que je m’en souviens très bien puisque tout est exposé dans le « panthéon ». Car si vous avez une meilleure idée pour rectifier les ragots qui sont colportés sur vous que de les exposer, je suis preneur.

Voyez simplement la différence de réaction qu’a eu Pyro dans la même situation ! »

Caquedrole le 20/01/2012

« Votre dernière ligne m’amuse compte tenu de mes conversations téléphoniques avec Pyro (quelqu’un de très bien, au passage).

Je me fous de connaître votre identité, il faut que vous le compreniez. Sur ce plan, mon meilleur témoin de « moralité » serait Marius, justement !

Les « ragots » dont vous parlez : pourquoi les suscitez-vous ? C’est dommage d’en être arrivé là, vous ne croyez pas ? D’autant que vos posts sur bien des sujets, autres que des personnes de la blogo, sont intéressants, que vous manifestez parfois une ironie qui en dit plus que de longs discours, que vous avez de l’humour, que vous analysez bien (qu’on soit d’accord ou non avec vous, mais c’est un tout autre problème ; c’est d’ailleurs celui du débat, sain).

Vous écrivez « un pédagogue ». Il se trouve que je l’ai professionnellement été durant une douzaine d’années. Il n’y a pas que chercher à convaincre, il n’y a pas que expliquer et réexpliquer (la même chose). Il y a à éveiller, la curiosité entre autres, à donner le goût de regarder, écouter, lire… Il y a à faire découvrir l’autre, les autres, essayer de comprendre comment il(s) fonctionne(nt), comment est le monde (du micro au macro, ou l’inverse)…

Je vous avais écrit ce qui précède hier, avant de partir animer ma réunion d’organisation du carnaval local. Inachevé, ce mél avait été placé dans le rep. « brouillons ». Je le reprends ce matin entre deux séquences de ménage (oui, les vieux ont des taches à accomplir, autres que s’évader via internet)en vous priant d’excuser ce hâchage.

Mais je pense vous avoir dit l’essentiel. Apparemment, à voir le trac ce matin, vous ne m’avez pas pargné. Quoique… je suis allé regarder votre dernier post sur un chronobook et n’y ai pas décelé d’agressivité ou de médisance.

Bonne journée.

Je… je vais… vaquer !!!…

Caquedrole ou _____ »

j.michel le 20/01/2012

« Je viens juste de lire ce message, je pense avoir été assez clair sans avoir à en rajouter, sauf peut-être ceci :

agressivité peut-être, médisance je ne pense pas, quand je dis soupe au lait par exemple, c’est étayé par des exemples caractérisitiques, donc on ne peut pas parler de médisance. Le premier fut à la première lecture du mot franc-nobson qui n’était qu’accessoire dans un article et n’a me semble-t-il rien de péjoratif puisque totalement inventé. Et ce côté soupe au lait lorsu’on vous égratignait s’est ensuite confirmé et là le médisant, ce fut vous, jusqu’à la censure de mon blog ! Et vos attaques c’était pas de la caricature, mais bien pour faire extrêmement mal. Mais l’azimuté a le cuir solide, ou c’est peut-être parce que azimuté, que rien ne peut le toucher ? Mais cherchez une insulte de ma part, vous aurez du mal à la trouver.

aveuglé par votre nombril vous ne voyez même pas que derrière le qualificatif de soixante-huitard, que vous prenez également pour une injure, allez savoir pourquoi ? il y a des arguments politiques. Eh oui, c’est mon coït de mettre une petite phrase vous concernant chaque fois que je dénonce l’enfumage des gens de la gauche-piscine et de vérifier que vous ne voyez qu’elle, on a si peu de lecteurs (je ne sais pas si vous avez lu mon article à ce sujet, ici :
http://lafaineantitude.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/01/16/statistiques-extrait-d-un-billet-bloque-en-brouillon.html

même les blogs censurés et qui ne sont plus en ligne ont encore des lecteurs et des pages lues !!! Usbek vous le confirmera »

Caquedrole le 20/01/2012

« OK, bien reçu.

Votre courriel me démontre que j’avais tort de vous écrire comme à quelqu’un de raisonnable. Et que j’ai du surestimer votre intelligence.

Cela dit, et vous le savez :

– « franc-nobson » avait un sens lorsque vous l’avez sorti, recoupant cette dialectique inutile sur les FM ; d’ailleurs vos sous-entendus étaient manifestes ;

– « soixante-huitard » peut être interprété de plusieurs manières… selon le sens qu’a voulu lui donner celui qui l’a écrit, ce que vous avez fait et réitéré maintes fois (et c’était loin d’être élogieux ou sympathique) ;

– votre histoire de piscine est du plus parfait ridicule, tant par la nature et l’usage de celle à laquelle vous faites allusion, que par l’incongruité du propos lui-même ;

– il faudrait évidemment que j’aie un nombril, un peu plus d’orgueil, un peu plus de confiance en moi, un peu plus d’égotisme (ou d’égocentrisme), et la façon dont vous me perturbez (et parfois plus) montre qu’hélas je suis trop tourné vers les autres, trop altruiste disent nombre de mes amis ou relations. C’est vrai, il faudrait que je sois un peu plus nombriliste !…

– vous passez votre temps à parler des autres, ironiser sur les autres, touner des propos qui ne sont ni insultes ni calomnies directes, mais ficelés « border line » et détestez par dessus tout la riposte ou le renvoi de balle ; le mot « azimuté », du moins ce que vous en avez dit et redites sur ce mél en est la preuve flagrante ;

– mis à part vous avoir répondu lorsque vous avez fait censurer mon blog, ce qui pour vous n’est pas de la défense mais une « attaque », mon blog n’ « attaque » pas les personnes. Même lors d’agressions comme celles du Marseillais ou du 41.104, même dans mes ping-pong avec Momo, je l’ai évité. En revanche, vous, non seulement vous avez un comportement qui vous attire de la réprobation, mais en plus vous avez durant quelques heures pris un gros risque en abritant sur votre blog des propos grossiers et injurieux à l’égard de plusieurs personnes : le risque d’être responsable de diffamations puisque propos non censurés par vous…

Voilà. Je pense que « la messe est dite ». J’avais espéré m’adresser à pair, je me suis trompé. Le nombril, en fait, ce ne serait pas le vôtre qui vous aveugle ?

Ah ! une dernière chose : vous faites allusion à Usbek. Je viens de relire la dédicace qu’il m’a réservée de son bouquin. Chaleureuse, et regrettant nos échanges et joutes.

Salut… mec !

 
PS – Un commentaire sur mon blog a été rejeté par la modération du site pour « agression ». Je vous le copie-colle ci-dessous :

Mon pauvre Jean Michel, je te plains sérieusement. Il fut un temps où je te croyais une certaine finesse, je m’étais trompé lourdement. Je t’ai même cru de l’esprit, songe d’une nuit d’été comme on dit. T’es malade, fou à lier, il te faut la camisole et tu n’es pas le seul sur la blogo.
Je n’ai pas vu à ce jour un seul article de fond de ta part. Pas une seule analyse, pas une seule approche fondée sur du solide. Balancer en revanche des canards à l’emporte pièce, oui et tu t’y connais. Incapable à prendre de la hauteur, il ne te reste que le nivellement par le bas, traîner les autres dans la fange, ramener les autres à ton propre niveau.
Tu confonds démolition et déconstruction et ne me demande pas de t’en expliquer la différence, t’es ontologiquement inapte à la saisir. L’aigle chasse, le corbeau cherche sa pitance dans la bouse et nos chemins divergent donc à partir de là.
Quand on s’appelle JM ou Mi, on laisse payer les femmes au restaurant en faisant de grands discours. »

j.michel le 21/01/2012

« Oui, vous avez entièrement raison, nous avons perdu notre temps l’un et l’autre dans ce discours de sourds, de l’un qui dit parce qu’il a des certifications de bonne moralité, et de l’autre qui montre parce que l’exemple est plus parlant.

je me demande si vous avez fait la même tentative auprès d’aquatinte, car je suppose que celui qu’elle appelle « le saint » c’est vous ?

Salut à la Cour.

signé : La mouche de printemps, celle qui crèvera dans l’année pour le bon plaisir d’Abou »

Caquedrole le 21/01/2012

« Le saint, si c’est lui… qui n’en sait rien, le saint dans ce cas… s’en fout.
Adishatz

C. »

 
——————————————————————————————————————————————————————
Sur le site des blogs du Nouvel Observateur

article « retiré de la publication en raison de sa non-conformité vis-à-vis de la charte d’utilisation du NouvelObservateur. »
motif de retrait : Autre motif non précisé
Embarqué dans les trains du 11/07/2013 et du 15/07/2013

——————————————————————————————————————————————————————
 

 
 
 

Publicités