Le zami faussaire et la dénonciation calomnieuse de Caquedrole

Posted on 10 novembre 2013 par

2


Ça-qué-drôle, c’est la fiche nob-stasi-que de la gendarmerie de Le Barp. Mais qui donc est le faussaire ?

Pour la fause identité, le faussaire est un zami, c’est ici :
"Mais qui donc est le zami faussaire ?"

Pour le faux commentaire, le faussaire est un zami, c’est ici :
"Abjection ? non, pures inventions mensongères de Caquedrole"

Et pour la dénonciation calomnieuse à la gendarmerie de Le Barp,
avant la libération c’est ici :
"Je ne sais si les mouches, même coprophages, vénèrent le cochon. En revanche, à la brigade voisine, on en reparlera"

et la révision de l’histoire après la libération, c’est là :
Commentaire de Caquedrole

 
La révision de l’histoire par le négationniste Caquedrole c’est donc :

« (…) Je viens de lire un truc totalement FAUX sur un blog (…)

Suite à une usurpation d’identité, (…)

Et j’avais expliqué me renseigner auprès de la gendarmerie sur les démarches éventuelles pour faire retrouver une personne (ou une société, ou un serveur) par une IP.

L’interprétation qui en est donnée par le blog AntiV est celle-ci :

« dans laquelle le héros explique sa démarche de dénonciation calomnieuse à la gendarmerie ».

On se tape le fondement par terre !… (…) »

Écrit par : Caquedrole | 05/11/2013

Donc Caquedrole s’est reconnu dans l’histoire du héros !!! j’admets que c’était facile.

La vraie histoire telle que racontée par Caquedrole :

« (…) Le verbe utilisé signe très vraisemblablement pour l’auteur véritable de ce « faux ».
(…)
Je n’ai jamais écrit cela. Pouvez-vous vérifier l’IP de provenance de ce commentaire, s’il vous plaît ? Au cas où ce serait une IP analogue à la mienne, une IP usurpée (il existe des logiciels qui le font), j’adresse ces différents documents à la gendarmerie de mon canton (brigade de 33-Belin-Béliet).

Ce qui m’intrigue, c’est que le verbe utilisé dans cette phrase est habituel à une façon de m’agresser, ou de me harceler, ou de me faire une publicité négative par ses propres écrits sur le « trac ».

Cet échange entrera dans un dossier de complicité de diffamation en cours d’établissement. Je vais en faire copie aux responsables du site au Nouvel Observateur avec, en outre, la mention suivante : « Ce qui m’intrigue, c’est que le verbe utilisé dans cette phrase est habituel à une façon de m’agresser, ou de me harceler, ou de me faire une publicité négative par ses propres écrits sur le « trac ». »

C’est donc bien et clairement j.michel qui a été dénoncé calomnieusement par Caquedrole à sa gendarmerie. Notez que le « dossier de complicité de diffamation en cours d’établissement » n’a jamais eu de suite, l’avocat de Caquedrole lui ayant expliqué que ce dossier était en fait bien vide.

 
Sur le même sujet :
"Caquedrole comprend-il ce qu’il écrit ?"

 
Fiche des commentaires effacés chez Krapobluf :

 
Caquedrole chez Krapobluf, dénonciatitude