Caquedrole, du baratin de soupe au lait, mais pas de réponse à la question

Posted on 25 novembre 2013 par

1


Le baratin de la soupe au lait, c’est ici.

La question posée à Caquedrole était : à quoi faisiez-vous allusion losque vous avez expliqué chez Vlad :

« (…) l’impression que, sur mon blog, on vient de salir ce souvenir évoqué d’un homme d’Honneur. J’ai saisi la modération car instrumentaliser Buchenwald pour faire de l’ironie sur un blog me semble plutôt ignoble. »

Écrit par : caquedrole | 27/08/2013

Sa réponse :

« Merci. C’est tout à mon honneur.

Que j’aie saisi la modération parce qu’un olibrius me citait pour un truc ironique, déplacé, embrayant sur mon allusion à Buchenwald, était le moindre des devoirs de respect, de mémoire, de morale civique ; c’était un réflexe salutaire, de salubrité même.

Vous étiez l’auteur de l’andouillerie ? Tant pis pour vous ! »

On n’en saura pas plus pour l’instant sur l’"ignoble" devenue "andouillerie". (Rappel : Caquerole est un spécialiste de la fabrication des faux commentaires, déjà dans l’affaire "abjection" par exemple, et de l’effacement des traces).

 
 

Article précédent :

Où l’on voit Caquedrole continuer à négationner ses propres dires

Publié le 25 novembre 2013

 
 

C’est ici.

Il a pourtant bien dit, chez Vlad :

« (…) J’ai saisi la modération car instrumentaliser Buchenwald pour faire de l’ironie sur un blog me semble plutôt ignoble. »

Écrit par : caquedrole | 27/08/2013

Alors sur quoi a-t-il saisi la modération ? c’est quoi qui était selon lui ignoble ? Quelle est sa version de l’histoire qu’on puisse comparer ses fiches aux miennes ?

Il dit aujourd’hui : « Je ne connais pas son histoire (…) Et encore moins la déportation à Buchenwald de (…) ». Mais j’ai la preuve du contraire.

 

 
 

— Fichier BlogSpirit, fiche nobserverie n° c856297 —

Publié le 25 novembre 2013

 
 

caquedrole-buchenwald-chez-vlad.jpg

 
 

Mais aujourd’hui Caquedrole nous explique, en croyant qu’on le croira :

« Je ne connais pas son histoire (…) Et encore moins la déportation à Buchenwald de (…) »

 

Pour un auteur, la persévérance d’une victime pour connaître la vérité est toujours considérée comme de l’acharnement voire du harcèlement.

 
 
 

Publicités