Femme d’élite, sûre d’elle-même et dominatrice

Posted on 10 décembre 2013 par

2


Oui mais… qui colporte des ragots ?

Dire que quelqu’un diffuse un faux en sachant pertinemment que c’est un faux est une diffamation (c.à.d. une allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne à laquelle le fait est imputé).

L’histoire :

L’avocat Gilles Devers (défenseur du BDS France nous dit-on) fait un article sur son blog où est mentionnée (semble-t-il, selon certains témoins) une "fausse" lettre de Mandela dite par certains antisioniste (je ne l’ai personnellement pas lue).

Informé que cette lettre n’est pas signée par Mandela mais a été écrite en réalité par un journaliste, Arjan El Fassed, comme "exercice de style" (je ne sais pas si l’expression est correcte, en tout cas sans la volonté de fabriquer un "faux"), Me Gilles Devers retire la "fausse" lettre de son article et la remplace par cette mention :

« Tel n’est pas le cas de Mandela, contrairement à ce que croient ceux qui ont pris pour argent comptant un "Mémo de Nelson Mandela à Thomas Friedman" dénonçant "l’apartheid israélien", qui est en réalité un exercice de style rédigé par Arjan el-Fassed »

Une blogueuse du site du Nouvel Observateur qui dans un article fustigeait l’utilisation de cette "fausse" lettre écrivait sur Me Gilles Devers et sur la publication par lui de ladite lettre :

« Il aurait pu s’informer, entre-temps. Apparemment, sa passion militante ne lui laisse pas le temps de vérifier les faits. »

Bien qu’informée de la modification de l’article de Me Gilles Devers, cette blogueuse, refusant sans doute d’accorder à l’avocat la présomption de bonne foi, n’a pas corrigée son observation sur sa « passion militante ».

Par contre sur la personne qui avait eu le malheur de signaler que l’article de Me Gilles Devers ne reprenait pas (ou plus) la "fausse" lettre de Mandela, la blogueuse du Nouvel Observateur extériorisa son ressentiment, relayait par sa meute, en le qualifiant de diffamateur, et de ragoteur.

 
 
Article précédent :

Montage = diffamation selon Allegra

Publié le 10 décembre 2013

 
 
Suite de l’article "Irandergate sur le montage Allegra"

Allegra nous explique que

« Le titre « Le montage d’Allegra » est bien une diffamation. »

Recherche dans le Petit Robert (version 2001) :

Montage : 3 Assemblage d’éléments (textes, sons, images, etc.) pour obtenir un effet particulier. Montage photographique.

En quoi ce titre serait une « allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne à laquelle le fait est imputé », définition de la diffamation ?

Mais il paraît que c’est j.michel qui colporte des ragots, toujours selon Allegra. Lesquels ragots ? Si quelqu’un peut préciser ?

Par contre colporter que j.michel diffame à tout va, n’est-ce pas colporter des ragots ?

« (…) les billets de J.Michel, souvent un condensé de ragots, parfois diffamatoires dans la façon dont il les arrange. (…) »

Écrit par : allegra | 10/12/2013

 
 
 

Publicités
Posted in: Les causeries