Mariussiens et Ségoliens passeurs de contrebande

Posted on 22 février 2014 par

0


Où l’on voit Laurent Joffrin nous expliquer la nobserverie dans son éditorial du Nouvel Observateur du 20 février 2014, page 9, "Je suis épouvanté", une certaine droite qui passe en contrebande une marchandise xénophobe, antieuropéenne et nationaliste.

« En 1933, au congrès socialiste, Léon Blum écoute Adrien Marquet développer les thèses du groupe « néo » animé par Marcel Déat. Marquet fait l’éloge de l’ordre, de l’autorité et de la nation, toutes choses qui, prises une à une, peuvent se concevoir dans un discours socialiste. Mais Blum le lucide a vite compris de quoi il s’agit : les « néo » sont influencés pas les fascismes européens en pleine ascension. (…) »

« La scène pourrait être d’aujourd’hui. » observe Laurent Joffrin. Mais la scène EST d’aujourd’hui. Changeons juste quels mots :

néo par nasi (national-ségolistes) qui font l’éloge de l’ordre, de l’autorité et de la nation,
et les fascismes par les mariussiens de l’Escale de Vallauris Golfe-Juan,

et vous obtenez ce que j’ai décrit comme une osmose :
"Osmose ou traîtrise ?"
"Dextro, distillation et osmose du racisme"

 
 
 

Publicités