La défense Copé, c’est du copier-coller

Posted on 8 juillet 2014 par

2


C’est une copie de la défense brevetée Bruno de La Rocque. La ligne de défense est simple : 1°) c’est « je ne suis pas au courant de ce qui se passe chez moi » (sur mon blog ou dans le parti que je dirige) et 2°) c’est « une fois informé, j’ai demandé que cela cesse chez moi » (toujours sur mon blog ou dans le parti que je dirige).

Mais ce ne sont qu’enfumitude et faussitude, les deux mamelles de tout homme politique.

Le truc à bouts par exemple, BdLR nous explique :

« Les points sur les i :

Abou VS j.michel sur des choses me dépassant totalement (concernant leurs parents, la maman de l’un, le père de l’autre). J’ai un jour demandé que ça cesse. »

Écrit par : BL | 23/06/2014

Sauf que… sur le volet J. moqué à Buchenwald, l’à bout de rien n’y est pour rien, et BdLR y est pour tout : idée, scénario et dialogues (et même délation aux autorités de la censure) c’est lui tout seul.

Pour le volet T. métèque effectivement, c’est Abou qui en a eu l’idée et écrit le premier scénario. Mais Bruno de La Rocque a apporté sa notoriété à la promotion de la belle invention du frère de Wilkomirski.

BdLR a attiré l’affaire vers son nombril pour la faire sienne, et avec quel maestria il a transformé l’histoire en déculottée du juif qu’il a joliment appelée une "pantalonnade"(*) et y a enrôlé toute sa clique d’intermittents du spectacle, avec Pyroman au coupage et au montage photo.

Car c’est bien VOLONTAIREMENT et INTENTIONNELLEMENT que Bruno de La Rocque a rapatrié sur son blog la querelle entre Abou et j.michel comme ce fut maintes fois expliqué, notamment ici :

"Quand Bruno de La Rocque se pantalonne dans son mensonge"

D’ailleurs ne l’a-t-il pas dit lui-même sur le blog d’Abou ?

Caquedrole-sur-Abou-t-ecrit

« Je dois à la vérité qu’écœuré par ce qui était écrit, sous-entendu, fortement suggéré… c’est moi qui suis allé à la rencontre de j.michel et de ses posts indignes. »

Écrit par : caquedrole | 27.07.2012

« ses posts indignes », BdLR ne s’est jamais expliqué en quoi il était indigne d’être choqué par la belle formule : « grand résistant devant le pantalon » utilisée pour décrire le père d’un blogueur, et de le faire savoir.

 
 
(*) "pantalonnade" : bon mot inventé par Caquedrole, une gogues-nardise pour gourmet, pour nommer le « baissez votre pantalon » des nazis et des flics français à leur bottes qui vérifiaient la religion du raflé.
Caquedrole ne peut pas dire qu’il ne savait pas : "La pantalonnade n’est pas la percitude"

 
 
 

Publicités