Censure de Bruno de La Rocque, diffamation et refus de droit de réponse

Posted on 23 janvier 2015 par

0


Où l’on voit que sous un commentaire dans lequel Bruno de La Rocque reconnaît qu’il censure sur son blog, Nolats calomnie et BdLR refuse tout droit de réponse au mis en cause(*).

 

"Diffamateur compulsif",
 
arrêt définitif de la Cour de Cassation de Nolats

 
Un arrêt publié ici.

Naturellement ce beauf éduqué jésuite fabricant et colporteur de ragots qui soutient Bruno de La Rocque dans ses insultes, mais aussi ses inventions et ses mensonges ignominieux et immondes sortis d’un ventre encore fécond, serait bien incapable de citer la moindre diffamation du fils de métèque qu’il accuse ainsi.

D’ailleurs j’attends encore la justification de son dernier commentaire, sur le blog "Les chansons que j’aime", mais aussi d’autres commentaires ailleurs sur d’autres blogs, car chaque fois Nolats accuse calomnieusement mais jamais n’apporte la moindre preuve de ses infamies.

 
C’était la séquence : "il faut exterminer les métèques".

 
 
(*) Commentaire de j.michel censuré par Bruno de La Rocque :

« Si Nolats pouvait par l’exemple illustrer ce qu’il appelle diffamation, ce serait plus sérieux que de la simple rumeur. »

avant censure :
Caquedrole-Nolats-diffamation-et-censure

 
Suite :
 

Ainsi vont les accusations calomnieuses

 
Monsieur Nolats explique que je serais « un diffamateur compulsif », mais sans jamais préciser de quelles diffamations je me serais rendu coupable, simples ragots qu’il fabrique et colporte à la demande. — observation : Nolats a déjà démontré qu’il ne connaissait pas la définition de la diffamation —

Sieur Bruno de La Rocque en conclut que :

« Nolats, quelque part vous êtes ou vous serez pris à partie (moi avec, œuf corse corsé) par un diffamateur patenté (pour vous compulsif) : l’arroseur arrosé, ou plutôt le diffamateur non pas diffamé mais démasqué une fois de plus. 

(…) S’occuper des autres… médire… et pire : choix de vie surprenants !»

Écrit par : BL | 23/01/2015

Ma réponse qui sera naturellement censurée par BL :

« relever les insultes et les ragots n’est pas médire. C’est tellement vrai que vous refusez le droit de réponse du mis en cause. »

 
 
 

Publicités