Quand Bruno de La Rocque continue ses mensonges, démontage

Posted on 4 avril 2015 par

3


BL-diffamation-indecence-et-dignite

« L’auteur de cette sombre adresse tente d’intervenir (deux commentaires supprimés par mes soins), quitte à dénier ce qui est écrit dans les deux premières lignes au trac, ce que tout un chacun peut voir et lire sans même cliquer pour lire plus avant. Un troisième : le ton de la moquerie. C’est indécent et manque de dignité et de retenue…

En deux lignes, la diffamation est avérée, par simple insinuation. Et elle s’applique à un nom, à une famille.
Ce qui, d’ailleurs, ne chagrine pas la modération qui préfère m’interdire le droit de réaction… »

Écrit par : BL | 02/04/2015

Démontage :

« deux commentaires supprimés par mes soins » : c’est clairement un refus du droit de réponse du mis en cause, voici les deux commentaires supprimés par BdLR

« Malfaisant, ce n’est qu’opinion, diffamateur, c’est accuser l’auteur d’un délit. Pouvez-vous précisez exactement où vous avez vu une diffamation non inventée par vos bons soins du malfaisant ? »

« où est la diffamation quand je ne fais que citer vos propres propos ?

qui invente pour ensuite calomnier puis dénoncer, sinon vous ?

mon œuvre du jour ? je l’a connais mieux que vous qui ne l’avez même pas lue. »

et « Un troisième : le ton de la moquerie. C’est indécent et manque de dignité et de retenue… » selon BdLR, écrit suite à la censure des deux premiers, que voici :

« Vous êtes un comique (tiens, ce sera mon prochain titre). Parlez en donc à votre avocat. »

 
 
Suite, sur le blog de BdLR :

« indécent de se moquer de mon oncle, oui parfaitement
votre machine à révisionner est donc repartie… vous en connaissez les conséquences… et vos effacements n’y feront rien »

Écrit par : j.michel | 03/04/2015

Réponse de BL :

« Vous parlez d’un oncle dont je ne connaissais pas l’existence, donc encore moins quel patriote il a été. Vous l’avez introduit dans vos incessantes querelles à mon égard et du coup, vous lui portez tort. En le citant, et en parlant de moquerie, c’est vous-même qui rendez son souvenir vulnérable. Vous avez inventé quelque chose qui va finir par s’apparenter à une machination…

Dois-je indéfiniment "payer" pour vous avoir éjectés Abou et vous qui vous alpaguiez sur mon blog ? Et pour porter le même nom que l’auteur (à vérifier) d’articles dans Le Petit Journal dans les années 30 ? »

Démontage :

Abou n’a jamais été impliqué dans cette histoire qui commença par une délation aux autorités par Bruno de La Rocque de propos « ignobles » qu’il avait lui-même inventés et qu’il n’a jamais pu justifier ni même citer. Explication ici :

"Quand Caquedrole se noie dans les révisions de son histoire"

Et il affirme encore contre toute évidence qu’il ne connaissait pas l’existence de cet oncle. Mais alors comment a-t-il pu parler dans cette formule qu’il pensait sans doute ironique : « Ah bon : Elie Denoix de St Marc serait votre oncle ? »

— document ici : "Rire rocquailleux ou rire gras ?" —

d’un oncle dont il ne connaissait pas l’existence ? Quel esprit l’habite pour connaître et même parler de choses dont il n’a pas connaissance ?

Pour en savoir plus…

 
 
Suite, sur le blog de BdLR :

« et la pantalonnade, indécent ou manque de dignité ? »

Écrit par : j.michel | 03/04/2015

Réponse de BL :

« Désolé de devoir vous rappeler que dans vos incessantes bagarres avec Abou sur mon blog, vous parliez de pantalon et de z..i

La question que vous posez vous concerne ; pas moi qui n’ai fait que vous demander de cesser. »

Démontage :

Une totale révision de l’histoire, car c’est Bruno de La Rocque qui a ramené volontairement et intentionnellement cette « bagarre » en soutenant Abou dans ses insultes envers un métèque juif, inventant à cette occasion ce bon mot : "pantalonnade", une sorte de gogues-nardise pour gourmet, pour nommer le « baissez votre pantalon » des nazis et des flics français à leur bottes qui vérifiaient la religion du raflé.

Explication avec les pièces justificatives ici :
"La pantalonnade ou l’honneur de BdLR dans la déculottée"

ou là :
"Quand Bruno de La Rocque se pantalonne dans son mensonge"

Pour en savoir plus…

 
 
Suite, sur le blog de BdLR :

« Vos réponses ne sont que mensonges, et vous le savez très bien. »

Écrit par : j.michel | 03/04/2015

Réponse de BL :

« Je vous en prie, je ne suis pas votre miroir. Construisez votre imaginaire mais n’attribuez pas à vos cibles vos propres erreurs et turpitudes.

Soyez digne (ce serait tellement plus gratifiant pour vous) des hommes dont vous prétendez, dans vos affabulations ou délires, que je me serais moqué. »

Démontage :

Les hommes si chaudement recommandés par Bruno de La Rocque sont les victimes de son insulte de la pantalonnade et de sa moquerie sur Buchenwald.

Aucune affabulation et aucun délire, les pièces du dossier ont été exposées et jamais contestées par Bruno de La Rocque.

 
 
 

Publicités