Après curetage, Bruno de La Rocque remplit sa piscine de nouveaux mensonges

Posted on 29 mai 2015 par

2


Où l’on voit toujours les mêmes délations aux conséquences tragiques qui n’auraient jamais existé, selon leur auteur, niant et rejetant tel un petit délinquant les évidences et les preuves qu’on lui soumet.

Pendant l’occupation des blogs, Bruno de La Rocque dénonce le fils de métèque à la gendarmerie, le raconte sur son blog pour faire rire ses "potes" de l’extrême bien droite, puis explique (après la libération des blogs) qu’il n’a jamais été voir ladite gendarmerie.

Aujourd’hui il réédite son « je n’ai jamais dénoncé ce que j’ai expliqué avoir dénoncé » : après s’être longuement plaint ici et ailleurs que ses interventions auprès de la modération du Nouvel Observateur n’avaient jamais eu de résultats bien convaincants, il a fait intervenir un de ses sbires qui avait déjà démontré sa redoutable efficacité dans le passé (3 blogs coulés d’un coup).

 
 
Banco : non seulement 2 nouveaux blogs censurés d’un coup, mais aussi l’accès au site du Nouvel Observateur fermé à jamais au contrariant et à ses clones.
 
 

Alors il peut donc, tout fiérot de sa piscine bien remplie d’inventions et de mensonges, annoncer qu’il n’est pas l’auteur de la délation qui a fait couler le bateau du métèque et qui l’empêche de construire de nouveaux navires pour affronter la vague d’extrémisme qui se forme autour de lui,

sans être contredit puisque le site des blogs du Nouvel Observateur sur lequel il mêle sa bave à celle de l’extrême droite est totalement fermé au droit de réponse de sa victime bien noyée.

 
Test-preuve que Bruno de La Rocque est bien à l’origine de la fermeture totale du site du Nouvel Observateur à son contradicteur qui dévoilait son vrai visage :

ce nouveau blog a été immédiatement et sans aucune sommation coulé en moins de 5 minutes dès l’apparition sur son ponton de cet article, noyé donc avant même d’atteindre le Trac (dénomination commune de la liste des derniers articles publiés sur les blogs du Nouvel Obs).

La fainéantitude4

 
Mais le combat continue, dans un Midi encore Libre.

 
 
 

Publicités