ny avait pas que… Bradescav aussi se chatouillait les plumes

Posted on 13 août 2015 par

0


Dans la série l’offenseur-offensé, suite de "Conflit presqu’armé, comment cela a-t-il pu commencer ?"

Un autre de la meute passé par l’École de Grenoble sponsorisée par les autorités religieuses du Rocquaillistan sous la bienveillance du vénéré contemplatif se prend pour BRAssens DESproges et CAVanna réunis en un : lui, BRADESCAV qu’il signe en majuscules.

Mensonges et affabulations, c’est une des filières de cette École renommée pour obtenir son visa sur les blogs du Nouvel Observateur.

Un rendu d’exercice pratique :

Bradescav-et-plumeplume-chez-Ippon

Et la délation totalement mensongère de BRADESCAV, c’est ici sur le blog d’Olivennes.

 
 
N.B. : des témoignages sérieux et concordants indiquent que celui qui utilise des faux pseudos est un "zami". Mais cela n’a pas empêché le Monarque du Rocquaillistan de dénoncer en toute connaissance de cause, et donc calomnieusement, la victime des rumeurs fabriquées et colportées par ce bon élève de l’École de Grenoble qui se pense BRAssens, DESproges, CAVanna réunis.

usurpation identite chez avs

 
mais alors… quel zami ? peut-être celui-ci, je dis bien peut-être car ce n’est pas le seul à utiliser ces méthodes, mais il en est très friand :

Abou-comment-sur-nobservateur

 
 
Mais revenons au chef de meute, Bruno de La Rocque.

Car dans les archives nob-STASI-ques, il y a ceci, aussi, Caquedrole qui veut m’envoyer l’ambulance psychiatrique parce que je lui demandais des explications sur les propos dits dégueux que j’aurais tenus « ici comme ailleurs » selon lui, mais en réalité totalement inventés, qui montraient mon abjection. Déjà il préférait l’insulte à l’explication.

Caquedrole-Abou-Jog

 
 
Notez : Le commentaire de Bruno de La Rocque qui déclencha toute l’affaire est daté du 24/09/2010. Son commentaire sur « l’azimuté(e) maniaque du fichage » date du 08/11/2010. Entre ces deux dates la victime de la chasse à courre (Bruno de La Rocque avait rameuté toutes ses troupes pour faire la peau de l’abjection personnifiée par j.michel) a "harcelé" son accusateur vénéré pour qu’il lui précise de quels propos il s’agissait. Et n’ayant toujours pas eu de réponse, il continue, comme ici.

Et bien avant que Bruno de La Rocque ne s’en mêle personnellement, sa meute déjà avait pris pour cible le "nuisible" de la nobserverie :

"Quand Abou débusquait le nuisible"

Ces commentaires d’Abou, parfaitement connus de toute la meute, de Bruno de La Rocque à son abbé confesseur le moraliste à sens unique, sont datés du 8 février 2010, et les premières censures des blogs de j.michel sont intervenues, du fait de ces commentaires (et sans doute aussi de messages adressés à la modération faussement signés j.michel) en mars 2010.