La modération de L’Obs ne serait pas aux ordres de Bruno de La Rocque

Posted on 29 avril 2016 par

0


Mais alors, pourquoi ce simple droit de réponse a-t-il était censuré pour "Agression" et à deux reprises (28/04/2016 21h44 et 22h08, il ne s’agit donc pas d’une erreur) :

« ma réponse à BL sur ma mise en cause [sur le blog de Clairvaux] est un article de son blog, rappelé à cette adresse :
https://croquedale.files.wordpress.com/2016/03/bruno-de-la-rocque-clairvaux-et-la-vespasienne.pdf
 »

sa mise en cause du contrariant était la suivante : « par précaution au vu de ce qui a été écrit il y a deux mois (et qui a été retourné et exploité depuis, ce que vous ne pouviez prévoir -il s’agit de Céline et de vespasiennes-) »

 
 
et aussi la réponse à cette accusation du corbeau Nolats :

« je sais bien que le harceleur s’en est aussi pris à son blog et à elle en particulier, et je me souviens avoir apporté une preuve en démenti d’une diffamation de JM à son encontre. »

Écrit par : nolats le jeudi 28 avril 2016

un corbeau ragoteur qui se souvient d’avoir apporté une preuve !!!

réponse censurée pour "SPAM" (28/04/2016 14h36) :

« « je me souviens avoir apporté une preuve en démenti d’une diffamation de JM à son encontre » dit Nolats, à préciser merci ! »

ou encore ce commentaire aussi censuré (29/04/2016 15h17) :

« Pour Nolats, la différence entre satire et insulte ne tient pas aux propos tenus, mais à l’auteur des propos. »

 
 
trolatic-au-top-des-blogs-les-plus-lus.jpgEt que dire du corbeau Trolatic qui se pavane au top des blogs les plus lus ? rien d’agressif sur son blog explique Bruno de La Rocque, donc rien d’agressif pour la modération non plus, puisqu’elle prend ses ordres auprès du "soit-disant vénéré"(son nouveau pseudo sur Agoravox).

 
 
publié le 27/04/2016 sur les blogs de L’Obs

Le contrariant serait protégé, oui et non

 

C’est ce qu’affirme le patron de la PAF. Assez gonflé (caquedrôlesque ?) quand même de sa part quand on connaît le nombre de blogs du contrariant qu’il a fait éliminer.

Et pourtant, il y a peut-être un fond de vrai dans cette affirmation, réflexion libre et simple supposition.

 
Dans toute administration en temps de guerre et particulièrement d’occupation, les administrations ont à leur commande des collabos, mais dans le personnel il y a aussi des résistants qui œuvrent dans l’ombre.

Dans les médias, pour organiser les autodafés les collabos utilisent des corbeaux et autre délateurs qui souvent, en plus des délations d’opposants sur faits réels comme l’ascendance supposée juive de certains, inventent aussi des faits quand il s’agit d’éliminer des ennemis personnels dont ils voudraient bien reprendre certains biens ou activités. Pour la délation sur faits inventés pour régler de vieux conflits personnels ou faire des profits sur la misère des autres, être notable dans son village ne constitue pas un certificat de bonne conduite (cf. sur un mode humoristique le viager de Tchernia et Goscinny).

Mais des réseaux de résistance s’organisent aussi parmi le petit personnel. Ils mettent au point des outils permettant de contourner la censure décidée par leurs chefs.

Et alors quand les collabos s’aperçoivent que les opposants arrivent à faire passer des messages malgré la censure, ils se demandent de quelle protection ils bénéficient, et lâchent leurs sbires pour traquer ceux qui les narguent ainsi.

C’est exactement la démarche de Bruno de La Rocque (et de sa PAF) quand il affirme que le contrariant bénéfice de protections. Et oui, il y a de petites mains qui participent à la résistance et qui refusent de se laisser intimider par les collabos.